« Il y a beaucoup de poésie dans ma cuisine »: Leonor Espinosa, meilleure cuisinière du monde 2022

Table des matières

« Ma cuisine a le goût des cultures dégradées, des royaumes invisibles, elle a le goût des techniques ancestrales (…) de la douleur », a récemment déclaré le chef de 59 ans lors de la remise de son prix « World’s Best Female Chef » à Londres en juillet dernier. 19, 2022. les 50 meilleurs restaurants du monde. « Mais elle goûte aussi la joie, le plantain, le manioc, la terre quand il vient de pleuvoir, un écosystème de déserts. Il y a beaucoup de poésie dans ma cuisine », souligne cette flamboyante rousse aux origines mêlées de sang indigène, irlandais et espagnol.

Pionnière en son pays

Dans ce pays surtout connu pour ses décennies de conflits internes et son statut de premier producteur mondial de cocaïne, Leonor Espinosa est enfin la toute première à mettre l’extraordinaire biodiversité de son pays sur la carte de la gastronomie mondiale. « Je poursuis juste le rêve que le nom Colombie sera prononcé devant le monde entier », s’est réjoui le sexagénaire presque décontracté et pensif.

Ce qui me fait peur, ce n’est pas la vie, mais ces gens faux, doubles, hypocrites.Leonor Espinosa

Née dans le village de Cartago, au sud-ouest de la Colombie, Leonor Espinosa a grandi à Carthagène, au nord, sur les bords de la mer des Caraïbes. Étudiante en économie et beaux-arts, elle apprend à cuisiner en autodidacte. Après plusieurs années d’une vie mouvementée et vertigineuse dans la publicité, elle saute le pas à 35 ans et change de vie. « Je n’ai pas peur. Ce qui me fait peur, ce n’est pas la vie, mais ces gens faux, doubles, hypocrites, des gens qui ne sont pas authentiques, qui ne vivent pas ce qu’ils sont », confie-t-elle au site hispanophone Lavangardia. .

Théâtre, écriture, arts plastiques… A cette époque, elle rêvait de devenir artiste : « Je venais d’exposer, dans des galeries locales, mais aussi à la foire nationale d’art, qui était la plus importante. Disons que j’avais un avenir comme artiste, mais à cause de cela, je ne pouvais pas subvenir aux besoins de ma fille, que j’ai dû élever seule », a-t-elle déclaré à Lavangardia.

En 2005, elle a ouvert son restaurant Leo Cocina y Cava.

Le surnom du chef, Léo, est vite devenu celui de sa table, où se rencontrent les saveurs des recettes amérindiennes, afro-colombiennes et paysannes. Pour Leonor Espinosa, la meilleure cuisine de son pays se mange dans les villages, mais elle manque de reconnaissance, notamment parce que « les Colombiens préfèrent la cuisine des autres cultures ».

Fine équipe mère-fille

Fine équipe mère-fille

Quand la pandémie met un frein aux plans du restaurant pour 2020, le chef ne panique pas. Au contraire, avec sa compagne et femme chef sommelière, Laura Hernandez-Espinosa, elle en profite pour réfléchir et mûrir ses idées, non sans proposer des menus à emporter.

Lorsque Leo rouvrira ses portes en juin 2021, désormais situé dans le quartier chic de Chapinero à Bogota, ce sera avec deux concepts sous un même toit : la salle de Leo, où la chef présente ses menus de dégustation créatifs, et la salle à manger de Laura, où travaille sa fille. mêmes ingrédients colombiens dans des préparations plus décontractées, combinés avec Territorio, la ligne de spiritueux et de cocktails indigènes qu’elle a développés.

Anthropologue du goût

Anthropologue du goût

« Les gens meurent et les recettes disparaissent avec eux. C’est grave pour la mémoire gastronomique », confiait il y a quelques années Leonor Espinosa à nos confrères de La Croix, persuadée que sa passion pour le patrimoine culinaire de son pays fait d’elle « une sorte de sociologue et d’anthropologue qui fait « . « .

A travers sa cuisine, la chef revendique ce travail d’anthropologue et d’artiste. Depuis maintenant quinze ans, elle parcourt les coins les plus reculés de son pays à la recherche d’histoires humaines, d’ingrédients locaux et de recettes traditionnelles méconnues, souvent rendues invisibles par la violence qui sévit dans ces régions. Elle puise son inspiration dans ses rencontres avec les différentes ethnies de Colombie, des ramasseurs de coquillages de la côte Pacifique aux métis du golfe d’Uraba, à la frontière panaméenne, en passant par les Indiens des contreforts de la cordillère andine.

À Lire  Délicieuse recette : Escargot mijoté à l'attiéké

La Colombie dans une assiette

La Colombie dans une assiette

Le menu dégustation est basé sur les saveurs locales, composé uniquement d’ingrédients d’origine colombienne, chaque plat étant issu du concept « Ciclo-Bioma ». Préparé par Leonor Espinosa, il se concentre sur les divers écosystèmes de la Colombie et explore les façons dont de nouvelles espèces peuvent être utilisées en cuisine, comme le mojojoy, un ver amazonien considéré comme un super aliment pour lutter contre la faim dans le monde, ou la sole piracuru, un poisson du Amazone.

Le projet CICLO-BIOMA de @Leoescocina est basé sur l’étude périodique des différents biomes et écosystèmes colombiens à travers la recherche d’espèces prometteuses pouvant être utilisées dans la culinaria et dans le maridaje proprement dit. Réservez maintenant par DM. pic.twitter.com/QIdZ57hjss

Plantains, poivrons, miel de canne, tubercules des Andes, fleurs sauvages, fourmis, escargots, crustacés, fruits de mer, café, cacao, manioc, maïs, haricots et pommes de terre d’innombrables variétés : les ingrédients utilisés par Leonor Espinosa reflètent le jardin d’Eden colombien.

« La cuisine a besoin d’expérimenter en étant capable d’observer, de partager, de voyager », dit celui qui a été reconnu meilleur chef d’Amérique latine en 2017, selon le classement britannique lancé au début des années 2000.

A travers sa Fondation Funleo, fondée en 2008 avec sa fille, Leonor Espinosa soutient les petits producteurs à travers des programmes qui encouragent l’utilisation d’ingrédients indigènes à travers le pays et donnent à ces communautés l’accès à la sécurité alimentaire. Ses projets d’éducation, de nutrition et de tourisme durable dans des communautés rurales oubliées, mais « d’une grande richesse bio-culturelle » permettent à la fondation d’identifier, de revendiquer et de promouvoir les traditions culinaires des communautés rurales et ethniques, tout en promouvant le bien-être et la santé.

En 2022, Leo était classé 48e parmi les 50 meilleurs restaurants du monde, contre 46e en 2021. Lorsque le prix a été annoncé en mai, le directeur du classement William Drew a fait l’éloge d’un « chef autodidacte qui, grâce à des recherches scientifiques approfondies et à l’innovation culinaire, est toujours à la recherche de nouvelles connaissances et veut éduquer les autres ».

Percer dans un milieu très masculin

Percer dans un milieu très masculin

Il devait aussi se faire un nom dans le domaine masculin qu’est la haute cuisine. Interrogée par le site d’information Lavangardia, elle a déclaré que le point commun parmi les femmes qui font irruption dans le monde très viril de la haute cuisine, c’est que « ce sont les femmes qui ne sont pas sexistes ». Car le gros problème du machisme, c’est quand il est perpétué par la femme elle-même : dans la manière dont elle élève ses enfants, dans la manière dont elle est programmée et élevée par une femme pour plaire à son mari, rompant avec ces schémas entretenus par les femmes elles-mêmes et privilégiant leurs idéaux, leurs rêves, ce qu’elles veulent réaliser. »

J’étais très clair dès mon plus jeune âge : je ne serais pas ce que les autres voudraient que je sois… Je suis rebelle, irrévérencieuse, curieuse. Leonor Espinosa

De son côté, elle insiste en signant : « Il était très clair pour moi dès mon plus jeune âge que je ne serais pas ce que les autres voulaient que je sois (…) Je suis rebelle, irrévérencieuse, curieuse ». Celle qui était la deuxième d’une famille de six enfants était aussi la plus audacieuse de la fratrie, a-t-elle confié à Lavangardia, celle qui posait tout le temps des questions, qui n’avalait rien de ce qu’elle mangeait. et demander encore et encore pourquoi… « Et s’il n’y avait pas d’explication valable pour moi, j’ai fait le contraire de ce qu’on m’a demandé… J’étais le mouton noir. Et je me souviens avoir été différent de mon enfance : Quand nous étions tous à la maison, j’étais dans ma bulle à parler de la pleine lune, des étoiles, des paysages et des belles choses. insolites. »

À Lire  Comment apprendre le japonais

A presque 60 ans, elle veut continuer à innover. « Je vieillis chaque jour (…) et si je ne suis pas original à ce stade de ma vie, quand le serai-je ? » dit-elle en riant.

Quel est le métier d’avenir ?

Les métiers d’avenir en France

  • Expert FinOps.
  • DevSecOps.
  • Évangéliste de l’informatique verte.
  • Ingénieur plateforme cloud.
  • Conseils en nuage.
  • Responsable DevOps.
  • Ingénieur en Développement.
  • Ingénieur commercial.

Quels travaux faire en 2022 ?

Quel métier d’avenir pour une femme ?

Conseillère en beauté Autre métier d’avenir, il s’applique à différentes pratiques : coiffure, esthétique et cosmétique. C’est un métier de bien-être. Les hommes et les femmes prennent de plus en plus soin de leur physique et attendent des conseils personnalisés de professionnels pour une apparence soignée.

Quel est le métier du futur ?

Robots, assistants vocaux, objets connectés, voitures intelligentes… tous ces objets ont un point commun : un maker. Être un ingénieur en intelligence artificielle est de plus en plus connu, mais certaines facettes de la profession restent encore à explorer, comme le programmeur de personnalité.

Quel est le salaire d’un chef de cuisine ?

Dans un restaurant sans étoile, le chef gagne en moyenne 3 100 euros bruts par mois, avec une étoile son salaire monte à 4 500 euros et avec deux étoiles un chef peut prétendre à un salaire compris entre 6 500 et 8 000 euros.

Quel diplôme pour être cuisinier ? Pour devenir chef, le CAP cuisine est le diplôme de base. Il peut être complété par un Bac pro Cuisine et un BTS Management en hôtellerie. Cependant, une longue expérience professionnelle, acquise en cuisine pendant plusieurs années, permet d’accéder au poste de chef.

Quel est le salaire net d’un chef cuisinier ?

En France, les cuisiniers gagnent en moyenne entre 1 800 et 2 500 euros bruts par mois. Cela correspond à une redevance mensuelle nette comprise entre 1 400 et 1 950 euros.

Quel est le salaire de Philippe Etchebest ?

�� Fortune Salaire mensuel de Philippe Etchebest Combien d’argent gagne-t-il ? 85 000,00 euros par mois.

Quel est le salaire de Cyril Lignac ?

Combien gagnez-vous chez Groupe Cyril LIGNAC, France ? Le salaire mensuel chez Groupe Cyril LIGNAC est compris entre environ 1 805 € par mois pour un « Plongeur (H/F) » et un emploi. et 2 691 € par mois pour la fonction « Barserveur (H/F) ».

Quel est le salaire d’un chef étoilé ? Dans un restaurant traditionnel, par exemple, ses revenus seront compris entre 2 800 € et 3 200 € bruts par mois. Dans un restaurant étoilé, ses revenus mensuels peuvent atteindre 8 000 € bruts !

Qui est la compagne de Cyril Lignac actuellement ?

C’est Déborah. Celle-ci partage la vie de Cyril Lignac depuis maintenant plusieurs années. Si c’est la première fois que le chef connaît les joies de la paternité, Déborah a déjà goûté au bonheur d’être maman. Elle a trois filles issues de relations antérieures.

Quel est le salaire de Philippe Etchebest ?

�� Fortune Salaire mensuel de Philippe Etchebest Combien d’argent gagne-t-il ? 85 000,00 euros par mois.

Quel est le salaire de mercotte ?

�� Salaire mensuel de Fortune Mercotto Combien d’argent gagne-t-il? 12 000 euros par mois.

Ou cas où ?

"Juste au cas où" est utilisé pour exprimer un événement. Cette phrase soulève une hypothèse. Il peut être utilisé seul ou pour introduire une proposition au conditionnel ou au subjonctif. Exemple : Apportez votre sac, au cas où.

Ou comme synonyme ? Dans le cas où; Supposer.

Quelle conjugaison après au cas où ?

Au cas et au cas où ils ont, bien qu’ils aient le même sens, le conditionnel : veillez donc à ce qu’ils ne soient pas suivis d’un verbe au subjonctif ou d’un verbe à l’indicatif, ût -ceci un futur de l’indicatif.

Ou cas ou ou au cas où ?

Selon les sages, « juste au cas où » ne peut être construit qu’avec une condition. Pour être précis, il faudrait donc écrire : « En cas d’absence », « Je le ferai s’il y a un problème ».

Partager :
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Venez aux nouvelles
Inscrivez vous à la Newsletter

Pas de spam juste des bonnes astuces de cuisine

Social Media
Au hasard ...
Categories
On en parle
Derniers articles